Soutien aux inculpés du 11 Novembre : COMMUNIQUE SUITE A LA MANIFESTATION DU 31 JANVIER
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
Une
DANS CETTE RUBRIQUE :
COMMUNIQUE SUITE A LA MANIFESTATION DU 31 JANVIER

dimanche 1er février 2009, par Rédacteur

La manifestation qui a eu lieu hier en soutien aux inculpés de l’antiterrorisme a réuni environ 3000 personnes, qui ont défilé à Paris, de Luxembourg à la prison de la Santé. Un dispositif policier démesuré jusqu’au ridicule a bloqué les manifestants, les empêchant de s’approcher de la prison où est incarcéré, entre autres, Julien. Cette provocation n’a pas empêché les manifestants de tirer toutes sortes de feux d’artifice, dont un certain nombre a atterri directement sur le dispositif policier, et dont les explosions ont été entendues depuis l’intérieur de la prison, où il a régné, à ce moment-là, une euphorie rageuse.

La manifestation s’est ensuite repliée vers la place Denfert-Rochereau, où elle a été encerclée par la police, qui s’est livré à des arrestations arbitraires, visant spécialement certains membres des comités de soutien - qui sont encore actuellement gardés à vue. D’autres arrestations ont eu lieu peu après devant le centre de rétention de Vincennes, où une partie des manifestants s’était regroupée en soutien aux inculpés de l’incendie du centre - tous ont été libérés depuis.

Cette manifestation était bien surprenante, par sa composition, très disparate à tous points de vue, et par la joie un peu tendue, et prometteuse, qui l’habitait. Il y avait là un certain chaos dans l’ordre des banderoles, des ralentissements, et des accoutrements, loin de ces kermesses bien rangées sur lesquelles chacun à l’habitude de se greffer. Ceux qui déjà avaient participé aux manifestations du 29 janvier ont pu constater que là même où l’on attendait spécialement d’ennuyeux cortèges, quelque chose d’autre se devinait. Hier, comme lors des diverses discussions qui ont émaillé la semaine de soutien, revenaient sans cesse une question : "et après ?", et un désir : celui de constituer une force. C’est en se liant à ce mouvement qui naît, aux initiatives locales, à la révolte montante, que les comités de soutien pourront gagner en puissance. Et obtenir la libération de tous les inculpés, et la levée des poursuites.

le 1er février 2009.