Soutien aux inculpés du 11 Novembre : Le contre-sommet de l’OTAN et la réapparition de l’"ultra-gauche".
[fr] [de] [en] [es] [it] [pt] [ru]
Une
DANS CETTE RUBRIQUE :
Le contre-sommet de l’OTAN et la réapparition de l’"ultra-gauche".

mardi 7 avril 2009, par Rédacteur

Ce week-end, comme chacun le sait désormais, avait lieu le (contre-)sommet de l’OTAN, à Strasbourg. Nous vous disions il y a quelques jours en quoi ce qui se jouait là-bas recoupait aussi les questions d’antiterrorisme et de sécurité intérieure.
A la suite des divers incidents qui ont eu lieu durant ces trois jours (une manifestation sauvage le premier jour, l’attaque du camp par les forces de l’ordre le second, et la grande manifestation du samedi), une centaine de manifestants ont été blessés et une trentaine placés en garde-à-vue - bien loin des 300 interpellations annoncées par MAM. Les premières comparutions immédiates sont passées, et, comme souvent, il apparaît que la police a raflé dans le tas, la justice acquiesçant, en prononçant des peines de prison ferme. (Nous ne ferons pas ici le détail des condamnations, celles-ci ayant été largement relayées par la presse).

Le lendemain de la manifestation du samedi la police bouclait le "village autogéré", contrôlant tous ceux et celles qui voulaient en sortir, les filmant individuellement, confisquant des vêtements ainsi que les appareils photos et vidéos. Ils prétendent ainsi retrouver les auteurs de l’incendie de l’Hotel Ibis (qui hébergeait des policiers pendant le sommet - d’où une certaine rancoeur).

On pourra lire aussi l’interview d’un membre de la Legal Team du contre-sommet, qui présente son action, et apporte quelques critiques concernant, en France, le manque de solidarité, notamment entre les organisations politiques et les autres participants.

Enfin, on notera qu’à travers la propagande policière concernant les incidents et les désormais fameux Black Bloc, les médias tentent de relancer l’intérêt pour ces constructions policières que sont les dénominations "ultra-gauche" et "anarcho-autonomes". Ainsi, avant même le début du sommet, le Figaro parlait des casseurs et de "la forte mobilisation de l’ultra-gauche et des anarcho-autonomes, en France comme en Allemagne".
L’événement passé, certains journalistes tentent un pont avec l’affaire de Tarnac, présentant les ouvrages incriminés dans l’affaire (L’insurrection qui vient, et l’Appel) comme des "bibles" du Black Bloc. On pourra ainsi visionner le dossier sur l’ultragauche dans le 20h de France 2 du 6/04. Et, mieux encore, lire l’article d’Olivier Toscer, qui, après son odieux dossier dans le NouvelObs de cette semaine, continue ses crapuleries sur son blog.
Vous avez mal lu les dossiers que vous a fourni la police M. Toscer : il semblerait bien que le Black Bloc n’ait jamais eu besoin de bible.